Rencontre avec Aminatou Touré, directrice de Sahel Infusion

  • 0
logo-sahel-infusion

Rencontre avec Aminatou Touré, directrice de Sahel Infusion

AgrinTalk : Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

 

A.T. : Bonjour. Je suis Madame Touré Aminatou, directrice générale de Sahel Infusion. Il s'agit d'une unité de production d'infusions à base de produits locaux. Nous avons eu l'idée de créer cette unité car nous nous sommes rendus compte que les matières premières locales étaient vraiment sous-exploitées et que nous utilisions les gigembre, bissap et autres plantes principalement pour les jus. Nous avons voulu faire une autre utilisation des ces produits avec les infusions. Cette solution est innovante et à été très appréciée.

 

 

AgrinTalk : Quels sont les obstacles que vous avez du surmonter pour créer votre entreprise ?

 

A.T. : La société a été créée en 2013 mais la production a réellement débutée en 2014. Entreprendre au Mali ce n'est pas facile du tout. Les débuts pour nous ont été très difficiles car les gens étaient très sceptiques par rapport au fait que les produits soient naturels, et ils avaient des doutes sur la qualité. Mais au fur et à mesure, nous avons su changer les mentalités au travers de campagnes de dégustation que nous avons menées, nous sommes allés vers le public pour faire découvrir le produit aux gens et aujoud'hui notre image est très bonne.

 

 

AgrinTalk : Les produits sont-ils vendus uniquement au Mali ou aussi à l'export ?

 

A.T. : Nous vendons au Mali et dans la sous-région. Nous sommes actuellement très présents en Côte d'Ivoire depuis le succès que nous avons connus lors du Salon de l'Agriculture d'Abidjan. Nous y avons d'ailleurs ouvert une succursale où les commandes sont constantes. Nous venons également d'ouvrir une succursale au Burkina Faso, ainsi qu'au Niger. Nous souhaitons désormais exporter en Europe et sur les autres continents. Pour cela nous avons entamé des démarches de certification de nos produits.

 

 

AgrinTalk : Pourquoi, selon vous, les jeunes Maliens entreprennent peu dans le secteur agroalimentaire ?

 

A.T. : Je pense que ce n'est pas du tout facile d'entreprendre au Mali. Peut-être que les jeunes n'osent pas se lancer. Donc si en plus, il n'y a pas de services d'accompagnement qui leur sont proposés, cela devient trop difficile. Il faut plus d'engagement de l’État pour motiver et accompagner les jeunes qui souhaitent entreprendre. Il faut aussi leur montrer qu'on peut réussir dans ce secteur. Il suffit seulement d'en vouloir, de persévérer, de croire en ce qu'on fait, et surtout d'aimer ce qu'on fait.


Leave a Reply