Réflexion de la semaine: Est-il possible de réussir par ses propres moyens ?

  • 0
slide2 old

Réflexion de la semaine: Est-il possible de réussir par ses propres moyens ?

Category : Articles , Réflexions

Nombreux sont les étudiants Africains qui occupent les bancs de prestigieuses (ou non) écoles et universités occidentales. Beaucoup moins nombreux sont ces diplômés qui parviennent à trouver un emploi dans leur pays d'origine. Comment se fait-il que dans des pays où l'on manque de main d'oeuvre très qualifiée, il soit aussi difficile de trouver un emploi lorsque l'on est soi-même hautement diplômé. Pourquoi est-il si courant, dans les grandes capitales européennes, de croiser des titulaires de master et de doctorat occupant des emplois de vigils, plongeurs, éboueurs, serveurs, etc?

 

Le plus souvent, on explique cela par un problème d'inadéquation entre l'offre et la demande sur le marché du travail; les pays africains ont souvent besoin d'agriculteurs, d'ingénieurs, d'architectes, et de médecins, plutôt que de bataillons de fonctionnaires.

 

Beaucoup cepedant disent qu'il faut avoir le bras long, être le fils d'untel ou connaître des gens bien placés pour obtenir un emploi. Et alors, ne voyons-nous pas ce même phénomène dans des pays plus développés tels que la France où le réseau peut être déterminant dans la recherche d'emploi?

 

La grande différence à mon sens se trouve dans la petitesse du secteur privé, le manque d'entreprises privées, la manque de fédérations d'entreprises et de mise en place de réseaux qui permettraient à tout un chacun de se faire une place. Certes, il n'est pas possible de réussir seul, sans soutien. Cependant, au-delà de l'entourage familial, il est possible de se construire un réseau efficace. Pour cela, il faut que de plus en plus de personnes se lancent dans l'entrepreneuriat, faute d'opportunités suffisantes. Il faut surtout que ces entrepreneurs travaillent ensemble, tissent des réseaux, se rassemblent autour de sujets communs. C'est ainsi que les acteurs privés parviennent à prendre plus de poids face aux politiques, à rendre leurs revendications plus légitimes et à peser pour un environnement des affaires qui leur soit plus favorable.

 

Et tout comme le dit Papa Ibrahima Ndiaye, vice-recteur de l'Université Alioune Diop de Bambey, "toute personne qui a étudié et qui est suffisamment dégourdie finit par réussir".

 


Leave a Reply