Où va l’argent qui nous est destiné? Le cas du Mali.

  • 1
Ferme Mali

Où va l’argent qui nous est destiné? Le cas du Mali.

Category : Articles , Réflexions

Le programme actuel le plus ambitieux pour le développement de l'agriculture et de l'emploi au Mali est sans aucun doute le projet FIER (Formation professionnelle, insertion et appui à l'entrepreneuriat des jeunes ruraux).

Ce projet est placé sous la tutelle du Ministère de l'Emploi et de la Formation Professionnelle et a été officiellement lancé en 2014 pour une durée de 8 années. Il a pour objectif de permettre "l'accès des jeunes ruraux, femmes et hommes, a des opportunités d'insertion et d'emplois attractifs et rentables dans l'agriculture et les activités économiques connexes".

Ce projet soutenu par le FIDA (Fonds international de développement agricole) comporte 3 composantes: la formation et le renforcement des capacités, l'insertion et l'appui, et enfin la gestion et le suivi.

Le coût du projet est de 26,2 milliards de francs CFA répartis comme suit :

  • Prêt : 8 milliards de F CFA ;
  • Don : 8 milliards de F CFA ;
  • Gouvernement du Mali : 1,7 milliard de F CFA ;
  • PAPAM : 4,2 milliards de F CFA ;
  • FMI : 2,4 milliard de F CFA ;
  • Bénéficiaires : 1,9 milliard de F CFA

*PAPAM: Programme d'accroissement de la productivité agricole au Mali

 

Le planning du déploiement du projet FIER sur le Mali doit se faire en 2 temps:

1 – Les régions de Koulikoro et de Sikasso pour démarrer.

2 – Deux régions d'extensions tous les deux ans

 

Alors où en est-on deux ans après le lancement du projet FIER?

Pour le moment, le projet n'a pas encore démarré, il n'en est qu'à ses balbutiements même si les choses se mettent en place (très lentement mais sûrement). Le coordinateur national, Héry Coulibaly, vient de sélectionner les partenaires institutionnels du projet et supervise le travail des coordinateurs régionnaux de Sikasso et de Koulikoro.

Concernant le mécanisme de financement, la formule retenue devrait être la suivante:

1. Les jeunes entrepreneurs ruraux (ou groupement d'entrepreneurs) devront élaborer leur projet d'entreprise et le soumettre à une institution de microfinance.

2. Les micro-crédits seront octroyés pour les projets viables et garantis par un fonds mis en place par FIER

3. L'institution de micro-crédit travaillera en partenariat avec la plateforme de micro-crédit Babyloan (basée en France)

4. Babyloan collectera l'argent pour rembourser l'institution de micro-crédit

 

Problèmes de la formule actuelle:

Babyloan a reconnu l'absence d'institution de micro-crédit partenaire sur le Mali. Par conséquent, le mécanisme de financement des jeunes entrepreneurs ruraux est pour le moment inexistant. Cependant, le FIDA serait actuellement à la recherche d'une institution partenaire.

Quid des 26,2 milliards de francs CFA?

Nous espérons qu'ils serviront à former et à accompagner de manière effective les businessmen Maliens de demain. A condition que cet argent soit réellement versé car il faut savoir faire la distinction entre les "Promesses de financement" et les financements rééls de la part des bailleurs internationaux.

Note d'optimisme

Cependant, il y a de nombreuses raisons d'être optimiste pour le Mali. En effet, ce pays, très anciennement connu comme "le grenier à riz de l'Afrique" reste un grand producteur agricole. En 2015, la production de riz a augmenté de 15% (le Mali est passé au rang de 2nd producteur de riz d'Afrique de l'Ouest). Selon le ministre de l'agriculture du Mali, Kassoum Denom, cette hausse serait directement liée à une hausse de 15% du budget national dédié à l'agriculture.


1 Comment

Beidy Diakité

12 novembre 2018 at 7:14

l’élevage

Leave a Reply

Commentaires récents