AGRINAFRICA : ENTREPRENONS DANS L’AGROALIMENTAIRE !

  • 0
logo

AGRINAFRICA : ENTREPRENONS DANS L’AGROALIMENTAIRE !

Spécialisée dans la formation et l’accompagnement d’entrepreneurs ruraux, Awa Sacko, directrice du cabinet AGRINAFRICA présente le secteur agroalimentaire comme la voie royale pour réussir en Afrique Subsaharienne.

 

Qu'est-ce qui vous a motivé à créer votre entreprise ?

AS : Après avoir intégré plusieurs initiatives pour le développement économique des pays africains, j’ai fini par comprendre que l’aide au développement n’avait pas réellement vocation à apporter une aide suffisamment efficace pour permettre aux Africains d’être indépendants économiquement. En réalité, le seul moyen de développer de façon durable un pays est d’y développer des entreprises privées qui soient rentables. Aussi, je me suis tournée vers l’entrepreneuriat et j’ai étudié les opportunités offertes au Mali et au Sénégal. La conclusion a été que le meilleur moyen d’y réussir était d’entreprendre dans le secteur agroalimentaire puisque les ressources y sont disponibles en abondance et la demande y est suffisamment importante.


Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ? 

AS : Notre entreprise est un cabinet spécialisé dans la formation d’entrepreneurs dans le secteur agroalimentaire. Nous englobons les activités sur toute la chaîne de la valeur, c’est-à-dire la production agricole, la transformation des produits, mais aussi les aspects logistiques (conditionnement, emballage, stockage, transport), la commercialisation. Par ailleurs, nous mettons l’accent sur les nouvelles technologies de communication (TIC) afin de contourner nombre d’obstacles inhérents aux marchés africains.

Cependant, notre action ne se limite pas à la formation. Afin d’être certains que nos entrepreneurs réussissent, nous les accompagnons dans la création de leur entreprise et au démarrage afin de surmonter les obstacles que sont l’accès au crédit bancaire, aux équipements, au foncier, aux réseaux de distribution, etc.


Quelle population est votre cible principale et que mettez-vous en place pour vous faire connaître ?

AS : Notre principale cible ce sont les jeunes adultes qui représentent la majeure partie de la population ; ils sont plein d’énergie et avides de réussite. Nous leur proposons une alternative aux petites activités informelles ou à l’immigration. Ce que nous souhaitons leur démontrer c’est que le secteur agroalimentaire peut-être une source de hauts revenus, une activité innovante et intéressante. Nous souhaitons changer l’image négative qui colle à l’agriculture et en faire un business attractif. Ce que nous mettons en place c’est commencer par construire une communauté sur les réseaux sociaux, notamment via notre site internet (www.agrinafrica.com), notre page facebook (https://www.facebook.com/Agrinafrica-437450066441526/timeline/?ref=page_internal) et la plateforme AgrinTalk.

Par ailleurs, nous travaillons en partenariat avec les acteurs publics, les ONG et les entreprises privées afin de les accompagner dans la résolution des problématiques de chômage, de souveraineté alimentaire et de développement économique.

 

Pourquoi miser sur l'utilisation des TIC ?

AS : Nous souhaitons miser sur les TIC car il s’agit du moyen le plus rapide et le moins cher pour contourner les barrières que sont l’accès aux informations sur la situation du marché, la mise en relation directe avec les acheteurs potentiels sans passer par les intermédiaires (la plateforme M-louma au Sénégal propose ce type de service), ou la commercialisation en ligne des produits (ce que fait par exemple notre partenaire Sooretul au Sénégal). Les opportunités offertes par les nouvelles technologies sont encore plus intéressantes au Mali ou le taux de pénétration du mobile est de 200% et que des technologies qui s’appuient davantage sur les SMS que sur l’internet se développement actuellement (USSD).


Leave a Reply